• SANDRINE COSSART

TRAVAIL SUR ÉCRAN

Dernière mise à jour : 1 oct. 2021

Pour prévenir et limiter les effets sur la santé liés au travail sur écran, il convient d’être vigilant à l’aménagement et à l’implantation des postes de travail, au choix du matériel, à l’affichage des informations à l’écran mais aussi au contenu et à l’organisation des tâches de travail.


Aménagement du poste de travail


La posture idéale n’existe pas. En revanche, il existe une posture de moindre inconfort dont les caractéristiques sont les suivantes :


  • Les pieds reposent à plat sur le sol de préférence ou sur un repose-pied permettant de maintenir les pieds à plat lorsque le plan de travail n’est pas réglable en hauteur,

  • L'angle du coude est droit ou légèrement obtus,

  • Les avant-bras sont proches du corps,

  • La main est dans le prolongement de l'avant-bras,

  • Le dos est droit ou légèrement en arrière, et soutenu par le dossier


Fauteuil


Le fauteuil doit être choisi en fonction des critères suivants :

  • Dossier et assise réglables

  • Accoudoirs réglables en hauteur ou par défaut, courbés vers l'avant

  • Profondeur permettant au salarié d'appuyer le bas de son dos sans que le bord avant n'exerce de pression derrière les genoux

  • Rembourrage ferme offrant un bon appui

  • Tissu de revêtement poreux permettant une circulation de l'air

  • Equipé idéalement de 5 roulettes pour une bonne stabilité et un déplacement aisé.

  • Si le salarié surveille des écrans haut placés, un appuie-nuque est nécessaire.



Plan de travail


Il doit, de préférence, être droit afin d’obtenir la plus large variété de postures possible et permettre une installation de l’agent face à son écran. Idéalement réglable en hauteur pour permettre l’alternance entre posture assise et posture debout, il ne doit pas présenter d’arrête vive ou d’angle saillant


Il doit, de préférence, être droit afin d’obtenir la plus large variété de postures possible et permettre une installation de l’agent face à son écran. Idéalement réglable en hauteur pour permettre l’alternance entre posture assise et posture debout, il ne doit pas présenter d’arrête vive ou d’angle saillant







Le positionnement des éléments


  • L’écran

Est positionné à une distance de 50 à 70 cm de l’utilisateur. Le haut du moniteur doit se situer au niveau des yeux (légèrement plus bas pour les porteurs de verres progressifs).


Le positionnement de l’écran sur le poste de travail peut être facilité par la mise en place d’un bras support écran offrant la possibilité de pivoter, orienter, éloigner, rapprocher, décaler l’écran selon les besoins de l’agent.

  • Travail sur micro-ordinateur portable

Pour les salariés qui travaillent sur un micro-ordinateur portable, la connexion à une station d’accueil reliée à un écran externe ainsi qu’aux périphériques d’entrée (clavier, souris) est à favoriser. A défaut, il existe des rehausseurs qui permettent de placer le haut de l’écran à hauteur des yeux. Il s’agit d’un plan incliné sur lequel l’ordinateur est posé. Un clavier standard doit alors être connecté au portable pour préserver des conditions optimales de frappe au clavier.



  • Travail sur plusieurs écrans

Si le salarié travaille sur 2 écrans et que l'un est beaucoup plus consulté que l'autre, il convient de le placer face au salarié. Dans le cas contraire, les 2 écrans sont placés symétriquement par rapport au salarié. Si les 2 écrans ne font qu'un seul du point de vue de l'affichage, il peut être en plus utile d'augmenter la vitesse de déplacement du curseur d'un écran à l'autre. Si le salarié travaille sur 3 écrans, il convient de les disposer en arc de cercle pour avoir la même distance entre l'œil et ces affichages. Avec 4 écrans ou plus, il faut que le salarié puisse se déplacer avec son siège qui doit donc posséder des roulettes. Dans tous les cas, les écrans doivent être accolés et la polarité d'affichage doit être la même sur tous Il est recommandé dans la plupart des cas de privilégier une polarité positive qui correspond à l’affichage de caractères foncés sur un fond clair).


Le support papier


Les documents papiers doivent être positionnés à proximité de l’écran.

Pour des activités induisant une alternance très fréquente entre la lecture papier et la lecture écran, il existe des supports à positionner entre le clavier et l’écran afin de limiter les contraintes cervicales.



Clavier


Le clavier doit être inclinable, dissocié de l'écran et avoir une surface mate pour éviter les reflets. Son épaisseur moyenne ne devrait pas excéder 3 cm. L'épaisseur et l'inclinaison du clavier doivent limiter l'extension des poignets, c'est pourquoi il n'est pas conseillé d'en déplier les pieds. Le clavier doit se situer en face du salarié mais pas au bord du plan de travail pour permettre l’appui occasionnel des mains et des avant-bras. Une distance de 10 à 15 cm entre le bord du plan du travail et la barre d'espacement du clavier permet cet appui. Il faut éviter de poser continuellement les poignets sur le bord du bureau pendant la frappe.



Souris


La taille et la forme de la souris doivent être adaptées à celles de la main. La souris peut être positionnée dans le prolongement de l’épaule, l’avant-bras étant appuyé sur la table ou devant le clavier si celui-ci est très peu utilisé. Les souris verticales permettent une posture plus neutre de l'avant-bras. Elles tendent à réduire la charge musculaire de l'extrémité du membre supérieur, surtout si la ligne naturelle main – avant-bras est respectée. Les souris verticales présentant une inclinaison constituent un bon compromis entre posture, ressenti et performance. Si les recommandations pour l’emploi du clavier et de la souris sont respectées, l’utilisation d'un repose-paume n’a aucune justification.


L'aménagement du poste de travail est un point qu'il ne faut pas négliger.


Je vous invite à prendre toutes les informations via l'INRS.









11 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout